Au Bangladesh, l’un des principaux dirigeants de l’opposition a été arrêté hier, au lendemain d’une énorme manifestation organisée par son parti, qui a terminé dans la violence. Mirza Alamgir, secrétaire général du BNP, et plus de 100 cadres du parti ont été inculpés de meurtre, a indiqué la police dimanche soir. Cela arrive à moins de trois mois des élections législatives, et alors que de nombreux membres de l’opposition sont déjà en détention.

Mirza Alamgir, secrétaire général du parti nationaliste du Bangladesh (BNP) a été arrêté par la police de Dacca dimanche matin dans le cadre de l’enquête sur la mort d’un policier lors de la grande manifestation de la veille, organisée par cette formation. De nombreux autres officiers ont été blessés, et des véhicules officiels incendiés.

Le BNP réclame que la Première ministre Sheikh Hasina, au pouvoir depuis 15 ans, se place en retrait pour qu’un gouvernement neutre organise les élections législatives de janvier. L’opposition soutient que ce scrutin ne pourra être équitable sans cette condition.

La détention de Mirza Alamgir, si elle se poursuit, affaiblira encore plus cette principale formation d’opposition, alors que la présidente du BNP et ancienne Première ministre, Khaleda Zia, est assignée à résidence suite à sa condamnation pour corruption. Des centaines d’autres membres de l’opposition ont également été arrêtés ces derniers jours, avant cette grande manifestation.

Article précédentDurant le week-end : 1,271 contraventions émises contre les automobilistes
Article suivantDans la région à La Réunion : prix des carburants, baisse de 10 centimes pour le sans-plomb et de 3 centimes pour le gazole dès le 1er novembre