Les membres de la Law Reform Commission (LRC), se sont penchés sur les cas de viols et proposent comme solution, l’introduction de la castration chimique à Maurice. Car, dans beaucoup de pays, cette pratique a été adoptée et pour certains, c’est plus une forme de traitement qu’une forme de punition, car cette méthode aide à réduire la production de testostérone.

Pour la présidente de l’ONG Raise Brave Girls, ce n’est pas la solution. PrisheelaMotteeprône une carte de santé et un suivi psychologique et médical

En 2010, sur les 3 551 individus en détention pour des cas d’abus sexuels, 3 035 étaient des récidivistes. En 2020, sur 100 adultes qui ont été trouvés coupables d’abus sexuels, 72 étaient des récidivistes.

Article précédentDistribution ‘di pain diri margoz, dipain brinzel briler’au stade Anjalay hier : « C’est enn insulte envers sa bane zanfans la, bisin coner kisanla ki ine decroche contrat pour fourni sa repas la » s’insurge Mahend Gungapersad
Article suivantSuite à l’avis de fortes pluies : Pas de classes ce mercredi 25 janvier