Law Reform Commission

Dans son rapport, l’organisme souligne que cette méthode pourrait être une réponse adéquate pour empêcher la récidive sexuelle. L’instance, qui est présidée par Guness Ramdewar, mentionne des chiffres dans son rapport pour soutenir que le pays a un gros problème à ce niveau.

Elle précise, en se basant sur des chiffres officiels, que non seulement un fort pourcentage de délinquants sexuels sont des récidivistes mais qu’ils ont été condamnés pour des délits perpétrés sur des enfants. D’où sa recommandation d’introduire la castration chimique dans nos lois. D’autant que cette méthode, qui est davantage un traitement qu’une punition, a porté ses fruits dans beaucoup de pays en faisant baisser drastiquement le taux de récidivisme sexuel.

Rappelons que la castration chimique est un traitement médical, par injection ou comprimés, qui permet de réduire la production de testostérone et, ainsi, les pulsions sexuelles.

Article précédentMauritius Telecom : Les employés appelés à signer un nouveau code de conduite
Article suivantInterpellation de nombreux citoyens après l’Opération Tank Vide au Mahébourg Water front,  le 21 mai dernier : L’affaire renvoyée au 22 février, car le policier qui avait procédé à leur arrestation ne s’est pas présenté en cour hier