Le 1er février, une comète vert vif effectuera en effet une approche rapprochée de la Terre pour la première fois en 50 000 ans. Plongeant à moins de 26 millions de miles (42 millions de kilomètres) de notre planète, la comète offrira un spectacle de ciel nocturne rare vu pour la dernière fois lorsque les humains modernes ont partagé notre planète avec les Néandertaliens.
Elle est déjà visible dans le ciel tard dans la nuit et tôt le matin. Les astronomes suivent la trajectoire de la comète depuis des semaines et l’ont particulièrement bien observée le 12 janvier, lorsque la comète s’est approchée le plus près du soleil (un phénomène appelé périhélie).
Lorsque les astronomes ont détecté cette comète nommée C/2022 E3 pour la première fois en mars 2022, la comète traversait le système solaire à environ 399 millions de miles (642 millions de km) du soleil, ou juste dans l’orbite de Jupiter. Même si l’objet était faible – environ 25 000 fois plus faible que les étoiles les plus sombres visibles à l’œil nu, selon le site partenaire de Live Science, Space.com – les chercheurs ont rapidement distingué une queue distincte, ou coma, prouvant que l’objet était bien une comète plutôt qu’un astéroïde. (Les astéroïdes sont des objets rocheux, tandis que les comètes sont constituées de particules de glace et de poussière qui se vaporisent progressivement à mesure que la comète s’approche du soleil, créant une traînée visible. Les deux types d’objets tournent autour du soleil.)
Le 12 janvier 2023, la comète s’était rapprochée de près de 300 millions de miles (482 millions de km) de la Terre, devenant visible dans le ciel nocturne près de la constellation nord de la Couronne boréale. De là, il a continué à se déplacer vers l’ouest à travers le ciel. Les experts calculent que la comète sera visible à l’œil nu d’ici la troisième semaine de janvier.
Dans les nuits des 26 et 27 janvier, la comète peut être visible juste à l’est du bol de la Petite Ourse. Le 1er février, lorsque la comète se rapprochera le plus de la Terre, elle apparaîtra près de la constellation Camelopardalis, non loin de la Grande Ourse.
Quelques jours plus tard, les 5 et 6 février, la comète traversera le ciel nocturne à l’ouest de l’étoile Capella et semblera alors entrer dans la constellation de l’Auriga. De là, il descendra vers le Taureau, devenant de plus en plus faible à mesure qu’elle s’éloigne de la Terre, vers le bord du système solaire.
Avant la récente escapade de la comète près de notre soleil, l’orbite de C/2022 E3 l’a emmenée bien au-delà de notre système solaire pendant environ 50 000 ans. Les astronomes ne savent pas exactement jusqu’où la comète se rendra après avoir quitté la Terre cette fois-ci, mais le consensus semble être que C/2022 E3 est sur le point de quitter entièrement notre système solaire.
Après cela, les humains pourraient ne plus jamais la revoir : les derniers calculs suggèrent que la comète se déplace sur une orbite parabolique, ce qui signifie qu’elle n’est pas liée à notre système solaire et qu’il est peu probable qu’elle s’en approche à nouveau, selon Space.com. Il est possible que la gravité d’un objet inconnu de l’espace lointain modifie légèrement l’orbite de la comète, la remettant sur une trajectoire qui traverse notre système solaire. Mais si cela se produit, il faudra probablement encore des millions d’années avant que C/2022 E3 ait une autre rencontre rapprochée avec la Terre.

Article précédentMétéo : L’avis de veille de fortes pluies toujours en vigueur
Article suivantL’actrice bhojpuri Neelam Giri fait sensation avec sa chanson ‘Machchhar Katata’