Il fait la Une de la presse mauricienne depuis samedi soir. Jean Hubert Célérine, alias Franklin, a pris les devants suite à la circulation d’une vidéo, sur les réseaux sociaux, dans laquelle il est accusé d’être un trafiquant de drogue. Il rejette ces accusations et fait même, à son tour, des allégations contre Bruneau Laurette, avançant que des proches de l’activiste sont derrière le montage de la vidéo en question.

Toutefois, selon des informations disponibles sur un site réunionnais, soit Clicanoo, il est indiqué que Franklin a été condamné à sept ans de prison à l’île sœur en 2021 !

Cependant, en l’absence d’un traité d’extradition entre Maurice et La Réunion, Jean Hubert Célérine demeure un homme libre à Maurice, souligne Clicanoo dans son article.

Cette condamnation fait suite au démantèlement d’un vaste trafic de zamal entre La Réunion et Maurice en 2018. Près de 150 kilos de cette drogue avaient été saisis.

Sur les onze personnes mises en cause dans cette affaire, neuf ont été interpellées. Le Réunionnais Laurent Mariaye, un agent de sécurité d’une trentaine d’années, a admis, selon l’article de Clicanoo, avoir exporté du zamal à 5 reprises sous les ordres d’un fantomatique “Franklin”. Ce dernier, un Mauricien dont le nom apparaitrait déjà dans d’autres trafics, sera par la suite identifié comme Jean Hubert Célérine.

Un skipper mauricien, surnommé “Nono”, se chargeait de faire transiter le zamal entre Maurice et la Réunion, selon l’article. Il aurait aussi été formellement identifié. Mais il semblerait qu’il soit, à ce jour, toujours en liberté à Maurice.

Au total, onze personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire de trafic de drogue. Laurent Mariaye a été condamné à quatre ans de prison ferme. Quant aux autres personnes impliquées, elles ont écopé d’une peine variant entre un et quatre ans de prison.

Les deux Mauriciens, soit Jean Hubert Célérine, alias Franklin, et ‘Nono’, ont été condamnés à sept ans de prison, selon l’article.

Toutefois, ils se seraient réfugiés à Maurice suite à cette condamnation. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt, qui a été émis dès que la sentence a été prononcée.

Contacté, le Police Press Office a soutenu que le mandat d’arrêt est valable uniquement à l’île de la Réunion et en France. L’article précise aussi que la drogue en question serait destinée au marché mauricien.

Nous avons tenté d’avoir la version de Jean Hubert Célérine par le biais de son avocat. Toutefois, Me Yatin Varma n’a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet.

Selon nos informations, des développements pourraient rapidement intervenir dans cette affaire. En effet, selon une source digne de foi, la gendarmerie réunionnaise a sollicité la collaboration des autorités mauriciennes concernant Jean Hubert Célérine. Elle estime que Franklin pourrait être utile à plusieurs enquêtes concernant le trafic de drogue sur l’axe Maurice – Réunion – Madagascar.

Cette affaire n’est pas sans rappeler celle du slovaque Peter Uricek, un autre client de Me Yatin Varma, qui, selon le Premier ministre Pravind Jugnauth, ne pouvait rester sur le sol mauricien car ayant été condamné pour trafic de drogue en Slovaquie. Que feront les autorités mauriciennes dans le cas de Franklin ? D’autant que Pravind Jugnauth ne cesse de clamer sa volonté de ‘kass lerein mafia la drog’. Affaire à suivre.

 

Article précédentSchool Certificate: Le taux de réussite est de 78,49% pour la cuvée 2022
Article suivantMétéo : L’avis de fortes pluies maintenu alors que la forte tempête tropicale Cheneso ne représente pas une menace pour Maurice pour l’instant