L’ancien directeur général de la Central Water Authority est catégorique. Le problème d’eau auquel fait face le pays aurait pu être évité selon lui, car dit-il, gouverner c’est prévoir.

Pour le moment explique Harry Booluck, les autorités n’ont pas grands choix à part d’appliquer une politique de coupure d’eau draconienne.

Il préconise aussi de demander aux compagnies qui embouteillent l’eau d’augmenter leur production. Mais tout dépendra aussi de leur capacité de forage dit Harry Booluck.

Article précédentAfin de diminuer la consommation de la cigarette : le « clear packaging » sera introduit en mai
Article suivantRefus de rendre public le rapport sur l’échouage du Wakashio : « Le Premier ministre a refusé de nous rencontrer. Il semblerait que nous avons un PM qui n’est pas à l’écoute de son peuple, nous déciderons de la marche à suivre, » déclare Tony Apollon