Économie
Économie

La Banque mondiale a publié son Global Economic Prospects pour 2023. L’institution brosse un tableau plutôt sombre de la situation économique mondiale et parle d’un ralentissement aigu pour 2023. Concernant Maurice, l’institution financière prévoit un taux de croissance de 5,5% pour cette année.

La croissance mondiale connaîtra un ralentissement aigu en 2023, explique la Banque mondiale dans le document. Le taux sera le troisième plus faible enregistré durant ces trois dernières décennies, derrière ceux de 2009 et de 2020.

C’est, selon l’organisme international, le résultat de la politique visant à contenir un taux d’inflation très élevé, qui découle des conditions financières qui ne cessent de se dégrader en raison des perturbations provoquées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La Banque mondiale parle d’autres futurs chocs qui pourraient, selon elle, impacter davantage les petites économies. Celles-ci sont plus vulnérables en raison de leur dépendance sur l’exportation, leur difficulté à se diversifier, leurs dettes élevées et le fait qu’elles sont susceptibles d’être frappées par des calamités naturelles.

Et justement, selon le rapport, Maurice fait partie des marchés émergents dans la catégorie des économies en développement.

Selon ses prévisions, la Banque mondiale estime que Maurice aura un taux de croissance de 5,5% en 2023 contre 5,8% en 2022.

La Banque mondiale prévoit que la croissance, en 2024, sera de 4,2%.

L’institution souligne que les petits états insulaires ont été lourdement impactés par l’inflation. Le rapport cite ainsi un taux à deux chiffres pour Maurice l’année dernière. Toutefois, il annonce une relance du secteur du tourisme en 2022.

Pour la Banque mondiale, il est impératif de venir avec des actions globales urgentes pour mitiger les risques de la récession sur les pays tels que Maurice.

Elle prône ainsi un soutien fiscal aux plus vulnérables. Mais la Banque mondiale prévoit que l’inflation restera toujours bien ancrée dans les pays comme Maurice.

Article précédentAffaire Sunkai : Le couple Ramloll fixé sur son sort le 26 janvier prochain
Article suivantDenrées alimentaires : « La STC va continuer à importer le lait, le riz, les grains secs et l’huile comestible », affirme Rajiv Servansingh