La vidéo en direct des passagers montre des scènes à bord d’un avion népalais quelques instants avant qu’il ne s’écrase dans une boule de feu tuant au moins 68 personnes hier. Un groupe de cinq amis en vacances peut être entendu rire sur un flux en direct sur Facebook alors que l’avion s’apprête à atterrir dans un aéroport du Népal. Sonu Jaiswal diffusait en direct lorsque l’ATR-72 a viré brusquement à gauche avant de percuter le sol dans une boule de feu.
Sonu était en vacances avec ses amis et ils sont tous morts dans l’accident
Sonu était en vacances avec ses amis et ils sont tous morts dans l’accident
Son téléphone a continué à émettre et a capturé le moment où l’avion s’est écrasé et a été englouti par le feu.
Une vidéo du sol montre l’ATR 72 de Yeti Airlines semblant se retourner et perdre le contrôle avant de s’écraser dans une gorge à Pokhara dans l’Himalaya.
Sonu Jaiswal, 29 ans, qui se dirigeait avec quatre amis vers des vacances en parapente. Ils ont tous été signalés parmi les morts.
Des images le montrent en train de filmer par la fenêtre tandis qu’un de ses amis peut être entendu dire “c’est très amusant” car les toits de la ville peuvent être vus ci-dessous.
L’atterrissage semble routinier jusqu’à ce que soudain l’écran devienne orange et que des cris se fassent entendre alors que la cabine semble trembler.
La vidéo angoissante – que nous ne montrons pas dans son intégralité – montre ensuite le moment de l’impact et les conséquences immédiates.
Le téléphone de Sonu continue de diffuser alors que des bruits de collision se font entendre, puis la cabine est consumée par le feu.
Le cousin de Sonu, Rajat Jaiswal, a déclaré: “Sonu est allé en direct sur Facebook après avoir embarqué sur le vol pour Pokhara.
“La diffusion en direct a montré que Sonu et ses amis étaient de bonne humeur, mais des flammes sont apparues avant que la diffusion ne s’arrête.”

Article précédentAffaire Bruneau Laurette : La motion de sa remise en liberté sous caution débattue ce lundi 
Article suivantNiveau d’eau dans nos réservoirs : Les taux de remplissages sont toujours inquiétants