Il ne compte pas baisser les bras. L’enseignant avait démarré une grève de la faim en novembre pour réclamer une baisse des prix de l’essence et du diesel. Son action avait duré 22 jours.

Nishal Joyram se dit déçu de la décision des autorités. Pour lui, il n’y a aucune raison que les prix des carburants ne baissent pas. Nishal Joyram parle ainsi de dilapidation de fonds publics.

Article précédent250 ans de la presse à Maurice : « le traditionnel journal papier disparait petit à petit face au phénomène de l’instantané » constate Yvan Martial.
Article suivantMalgré les récentes averses : Le taux de remplissage des réservoirs reste faible