Marion Biotech est le deuxième fabricant de médicaments indiens à faire face à une interdiction de l’OMS après la mort d’une centaine d’enfants ayant consommé son sirop contre la toux. L’Organisation mondiale de la santé a en effet émis une alerte mettant en garde contre l’utilisation de deux sirops indiens contre la toux responsables de la mort d’ enfants en Ouzbékistan.
L’OMS a déclaré que les produits, fabriqués par l’Indien Marion Biotech, étaient “de qualité inférieure” et que l’entreprise n’avait pas fourni de garanties quant à leur “sécurité et qualité”.
L’alerte, émise mercredi, intervient après que les autorités ouzbèkes ont déclaré le mois dernier qu’au moins 20 enfants sont morts après avoir consommé un sirop fabriqué par l’entreprise sous la marque Doc-1 Max.
Le ministère indien de la Santé a par la suite suspendu la production de l’entreprise et l’Ouzbékistan a interdit l’importation et la vente de Doc-1 Max.
L’alerte de l’OMS indique qu’une analyse des échantillons de sirop par les laboratoires de contrôle de la qualité de l’Ouzbékistan a révélé “des quantités inacceptables de diéthylène glycol et/ou d’éthylène glycol comme contaminants”.
Le diéthylène glycol et l’éthylène sont toxiques pour l’homme lorsqu’ils sont consommés et peuvent s’avérer mortels.
“Ces deux produits peuvent avoir des autorisations de commercialisation dans d’autres pays de la région. Ils peuvent également avoir été distribués, via des marchés informels, à d’autres pays ou régions”, a déclaré l’OMS.
Les produits étaient “dangereux et leur utilisation, en particulier chez les enfants, peut entraîner des blessures graves ou la mort”, a-t-il déclaré.

Article précédentRéunion imminente du Petroleum Pricing Committee : « Nu espérer zot pu reflecter sa baisse kiena sur le marché mondial », souligne le citoyen, Nishal Joyram
Article suivantBulletin prévision pour Maurice de ce vendredi 13 janvier 2023