Suite à la grâce présidentielle obtenue par le fils du commissaire de police, la polémique s’enfle sur la commission de pourvoi en grâce. Linion Pep Morisien affirme qu’un ministre figurerait parmi les 24 personnes qui auraient été graciées. Ainsi, les appels se multiplient pour qu’il y ait plus de transparence.

L’homme de loi, Samad Goolamaully se dit aussi pour plus de transparence. Il avance aussi que la commission doit pouvoir expliquer sa décision aux victimes de la personne graciée.

Article précédentAprès le braquage d’une station-service à Nouvelle-France : « Le GM devrait voter une loi interdisant l’utilisation du casque intégral ou tout autre moyen de dissimuler un visage », propose Bhim Sunnassee
Article suivantRenflouage du Yu Feng : Les opérations n’ont toujours pas démarré en raison des mauvaises conditions climatiques , un mois après le naufrage