La grâce présidentielle accordée à Chandra Prakashsing Dip suscite la controverse, mais Me. Samad Goolamaully affirme que la commission de pourvoi en grâce a agi selon les dispositions de la loi.

Il affirme que l’application était en bonne et due forme et que le fait que la commission ait converti la peine d’emprisonnement en une amende, n’a rien d’anormal. L’homme de loi parle de politique de bas-étage.

Quant à Ivor Tan Yan, juriste et membre de Linion Pep Morisien, il fait le parallèle avec le cas Bruneau Laurette et se demande s’il y a des citoyens privilégiés dans notre pays.

Article précédentJournée mondiale : « Beaucoup de gens apprennent la langue hindie pour sa richesse et sa beauté », souligne la Dr Madhouree Ramdharee du World Hindi Secretariat
Article suivantNon-respect de nos plages : « Prochainement les officiers de la Beach Authority seront aptes à servir des contraventions, » déclare Joenathan Mamode