Les débats autour de la motion de remise en liberté de Bruneau Laurette ont eu lieu en cour de Moka ce mercredi. L’audience a duré plus de cinq heures. Mais peu après 15 heures, la magistrate Jade Ngan a décidé du renvoi. Les débats se poursuivront demain avant qu’elle ne rende son ruling.

Ce mercredi, le surintendant Rajaram a été appelé à la barre des témoins. Il a annoncé que la police objectait à la remise en liberté de l’activiste. Les trois arguments avancés sont qu’il pourrait prendre la fuite, interférer avec des témoins et manipuler des preuves.

Le surintendant Rajaram a précisé que la quantité de drogue retrouvée chez l’accusé, soit 44,3 kilos de résine de cannabis selon le rapport du FSL, suffit pour que la police craigne une éventuelle fuite. De plus, a-t-il ajouté, Bruneau Laurette est un expert dans le domaine maritime et a des contacts à l’étranger.

Shakeel Mohamed, de son côté, a rappelé que son client est un homme politique et qu’il n’a aucune raison de quitter le pays. Il a demandé au surintendant s’il est au courant que Bruneau Laurette a donné des milliers d’interviews à la presse. Non, a répondu l’officier de police.

L’avocat est revenu à la charge en demandant s’il savait que Bruneau Laurette avait organisé une marche qui avait rassemblé plus de 100 000 personnes. Une fois de plus, le policier devait répondre qu’il n’était pas au courant.

Shakeel Mohamed a aussi soutenu que son client n’a pas été confronté au rapport du Forensic Science Laboratory. Il a insisté pour en avoir une copie. Me Roshan Santokhee, qui représente la poursuite, a objecté en avançant qu’à ce stade de l’enquête, il n’y a pas besoin de montrer le rapport.

Toutefois, la police a confirmé en cour que l’ADN et l’empreinte de Bruneau Laurette n’ont pas été retrouvés sur les pièces à conviction saisies au domicile de l’activiste le 4 novembre dernier.

Toutefois, la police a révélé que l’empreinte de Ryan Laurette a été retrouvée sur l’une des armes saisies.

Shakeel Mohamed s’est alors demandé comment était-il possible que le suspect dont l’ADN et l’empreinte n’ont pas été décelés sur les pièces à conviction soit toujours en détention alors que celui dont l’empreinte a été retrouvée sur une partie des pièces à conviction a obtenu la libération conditionnelle.

Le policier a répondu que c’est sur avis du bureau du DPP qu’il n’y a pas eu d’objection à la remise en liberté de Ryan Laurette.

Rappelons que la poursuite est représentée par le Principal State Counsel Roshan Varma Santokhee alors que Bruneau Laurette est défendu par Mes Shakeel Mohamed et Rouben Mooroongapillay, entre autres.

Article précédentArrestation de Bruneau Laurette : « Pena auken l’empreinte ou ADN ki connecter li avec ceki fin trouver dans so lakaz ek dans so loto », affirme Shakeel Mohamed
Article suivantCoincée entre le métro et le quai, elle meurt à l’hôpital