En conférence de presse hier, le ministre des Infrastructures publiques a évoqué la supposée « hit list » en circulant actuellement sur les réseaux sociaux. Bobby Hurreeram a déclaré que c’est une fabulation. Pour lui, toute personne impliquée dans le trafic de drogue ou des activités illégales n’a qu’à dire que son nom figure sur cette « hit list ».

Selon lui, certaines personnes ne savent plus comment combattre le gouvernement.

Article précédentDans l’éventualité de la tenue des élections municipales : « Les citadins doivent considérer les souffrances endurées en raison de ce gouvernement », martèle Ritish Ramful
Article suivantRéagissant aux propos du Premier ministre sur l’affaire Kistnen : « S’il ne se soucie pas des agents qui ont travaillé à ce qu’il soit élu, va-t-il se soucier du peuple ? » s’interroge Rama Valayden