La correspondance est adressée au haut-commissaire des droits humains des Nations unies. Elle porte les signatures du Dr Arvin Boolell et Osman Mahomed. Ce dernier, rappelons-le, est responsable du dossier des affaires étrangères au sein du Parti travailliste.

Dans une déclaration à Top Fm, Osman Mahomed explique que les Rouges ont pris cette décision après les plaintes et déclarations de plusieurs journalistes à la police. Dans la correspondance, le Parti travailliste évoque aussi un climat de terreur dans le pays.

Les Rouges demandent aux Nations unies d’intervenir afin de protéger la population.

Écoutez Osman Mahomed.

Article précédent2e jour de grève de la faim : « Finalement, j’ai obtenu la permission du père Labour de bouger sur la Place de la Cathédrale », affirme Nishal Joyram
Article suivantFourniture irrégulière à Mahébourg : « Comment allons-nous faire sans eau ? » s’interroge une habitante