Alors que l’enquête sur la rénovation du bureau du directeur de l’ICAC avance après plus de deux ans que l’affaire ait éclaté, les appels se multiplient une fois de plus pour la démission du principal concerné.

Hier dans l’émission Tempo la So, l’observateur Harish Chundunsingh a affirmé qu’il faut voir pour croire concernant des éventuelles sanctions contre Navin Beekarry. Il avance que le MSM ferait tout pour le protéger. Toutefois il soutient que le directeur de l’ICAC devrait être au-dessus de tout soupçon, comme la femme de César. Ainsi, Harish Chuncunsingh réclame la démission de Navin Beekarry, le temps que l’enquête ait lieu.

Article précédentLa Terre franchit le cap des huit milliards d’habitants
Article suivantÉlectricité : « C’est maintenant qu’il faut agir pour éviter un déficit entre la demande et la fourniture d’ici fin 2023 », lance le Dr Khalil Elahee