Jonathan Augustin avait été arrêté le 29 octobre dernier par la Special Striking Team de l’ASP Ashik Jagai pour l’importation d’environ 22 millions de papiers à rouler interdite dans le pays.

Une intervention qui arrive un peu tardivement. Alors que le scandale autour de l’importation de Rs 430 millions de papiers à rouler par la compagnie Zippy Mouse Ltd fait rage, le gouvernement a décidé d’abroger la période moratoire où l’importation de ce produit était autorisée.

Ce moratoire est de 6 mois. Avant juin 2015, le papier à rouler était interdit d’importation à Maurice. Cette interdiction avait alors été levée puis réintroduite le 17 décembre 2015.

Cependant, une compagnie qui aurait commandé ce produit durant ces 6 mois aurait pu solliciter l’autorisation du ministère du Commerce pour l’importer. Cela, malgré le fait que le papier à rouler est interdit de vente à Maurice. Zippy Mouse Ltd a obtenu ce feu vert cette année, soit 7 ans après la commande.

Quid si une autre compagnie se trouvait dans la même situation ? Elle aurait pu réclamer l’autorisation des autorités. Surtout que le ministre SoodeshCallichurn a déclaré que d’autres compagnies, que Zippy Mouse Ltd, ont passé commande durant la période moratoire.

Ainsi, pour éviter un nouveau scandale des ‘ti-papiers’, le gouvernement a décidé d’abroger la période moratoire. Tout type de papier à rouler est donc interdit, quelle que soit la date de fabrication, la date de commande ou la date d’importation.

Rappelons que le ministère du Commerce a été très critiqué dans l’affaire Zippy Mouse Ltd. Surtout que la compagnie avait indiqué que le produit allait être stocké et non commercialisé, ce qui est d’ailleurs interdit. D’ailleurs, SoodeshCallichurn avait dit au Parlement qu’il a demandé qu’une plainte soit consignée à la police et à l’Icac concernant l’autorisation donnée à Zippy Mouse Ltd.

 

Article précédentPlainte de Kobita Jugnauth pour un commentaire jugé offensant sur Facebook : le procès contre Rigg Needroo se poursuit aujourd’hui
Article suivantEmploi fictif : Un calendrier établi pour l’interrogatoire de Yogida Sawmynaden