Photo d'illustration
Photo d'illustration

C’est hier que cet habitant de Fond du Sac a porté plainte à la police. Il affirme qu’il a été kidnappé le 28 octobre par un groupe d’individus et séquestré jusqu’au 2 novembre dans une maison.

Dans sa plainte, l’homme de 74 ans explique que le 28 octobre dernier, il attendait l’autobus à Mahébourg pour se rendre chez son frère à Rivière des Créoles. Une camionnette s’est arrêtée à sa hauteur. À l’intérieur, se trouvaient quatre femmes. Elles lui ont dit qu’elles se rendaient à Rivière des Créoles et ont proposé de le déposer. Il a accepté l’offre.

Après 10 minutes de route, la camionnette est arrivée devant une maison abandonnée. Les occupantes lui ont dit que son frère y habitait. Le septuagénaire a dit que non. C’est là qu’une de ses ravisseuses a menacé de le tuer.

L’homme dit avoir été agressé. Ses ravisseuses ont pris les Rs 8000 qu’il avait en sa possession. Puis, elles l’ont enfermé dans la maison abandonnée.

Trois jours plus tard, soit le 31 octobre, une des femmes est venue le voir. Elle a menacé de lui faire du mal s’il criait à l’aide. Le lendemain, elle est retournée, lui a mis une cagoule et l’a emmené dans un véhicule. Au bout d’un certain temps, le septuagénaire s’est retrouvé devant la succursale d’une banque. Il a été contraint de signer au bas d’un formulaire de retrait en liquide. 20 minutes plus tard, il s’est retrouvé devant une autre succursale où il a été forcé de signer un formulaire similaire. Par la suite, les ravisseuses ont transporté leur victime de 74 ans dans une autre maison.

Le 1ernovembre, le septuagénaire a de nouveau été contraint de signer un formulaire de retrait d’argent. Le lendemain, c’est la police qui a retrouvé la victime dans la maison. Car entre-temps, le fils du vieil homme a signalé sa disparition.

L’habitant de Fond du Sac a été emmené au poste de police de Nouvelle-France puis à l’hôpital Nehru où il a été constaté que l’homme avait trois côtes cassées. Une enquête a été initiée afin de retrouver ses kidnappeuses.

Article précédentJoany Raymond convoqué au CCID : Bref passage de Bruneau Laurette aux Casernes Centrales ce mardi pour participer à un exercice d’identification
Article suivantÉventuelle hit list: ‘je vis avec une frayeur extraordinaire, je ne sors que pour partir au bureau ou à la cour’, Me. Neelkanth Dulloo exprime sa crainte