L’Independent Police Complaints Commission et la Discipined Forces Service Commission sont aussi citées dans la mise en demeure. Cette action fait suite à la perquisition qui a eu lieu à son domicile le 27 octobre dernier. Par l’entremise de son avoué, Pazhany Rangasamy, Hemlata Gaya, la belle-mère de l’homme de loi Sanjeev Teeluckdharry, réclame Rs 50 millions au responsable de la Special Striking Team.

Pour elle, la perquisition à son domicile est injustifiée, délibérée, irresponsable et malicieuse.

Dans sa mise en demeure, Hemlata Gaya explique qu’elle ne jouit pas d’une bonne santé et qu’elle se trouvait seule, chez elle, lorsque la police a débarqué en nombre. Elle dit avoir été terrorisée par la manière de faire des policiers.

Selon Hemlata Gaya, les policiers, qui étaient munis un mandat de perquisition, recherchaient de la drogue, des objets volés et des armes qui auraient été utilisées pour commettre des délits.

Hemlata Gaya réclame des dommages de Rs 50 millions à l’ASP Ashik Jagai pour le tort causé.

Article précédentComparution de Bruneau Laurette en cour de Moka : « Mo pensé ki c’est ene des bann pli grand case ki la Republik finn coné », dit Me Neelkanth Dulloo
Article suivantDans un affidavit : l’ASP Roshan Kokil réclame une révision judiciaire de la décision de la Disciplined Forces Service Commission de lui faire prendre sa retraite