L’activiste a été interrogé under warning par les enquêteurs de la Central CID le lundi 31 octobre concernant deux posts qu’il avait publiés sur Facebook en février dernier.

Reda Chamroo pointait du doigt la Mauritius Society for Animal Welfare et dénonçait le manque de transparence concernant des actions prises par l’organisme. Ses propos ont été jugés « insultants » par Julien George, directeur de la MSAW, qui a par la suite porté plainte contre l’activiste pour violation de l’ICT Act.

Le militant des droits des animaux a été arrêté le même jour et traduit devant la cour intermédiaire sous une charge provisoire de breach of ICTA. La police n’ayant pas objecté à sa remise en liberté conditionnelle, Reda Chamroo a dû s’acquitter d’une caution de Rs 10 000 et signer une reconnaissance de dette de Rs 40 000.

Rappelons que Reda Chamroo a à maintes reprises tiré la sonnette d’alarme pour alerter les autorités sur des cas de maltraitance et l’abattage illégal des animaux.

 

Article précédentLitige devant le Tribunal international de la mer : « Mo penser gouvernement Anglais in servi Maldives », déplore Olivier Bancoult
Article suivantAu Parlement hier :” Le cannabis médical a le potentiel de soulager les symptômes de certaines maladies” affirme le ministre Jagutpal