En 2006, le policier Jean Claude Clarel Kistnen a été accusé de vol et d’avoir falsifié deux signatures sur une pièce à conviction. Toutefois, lundi dernier, le tribunal a rayé après quinze ans les deux accusations retenues contre cet habitant de St-Pierre.

Cette affaire remonte à décembre 2006. Le procès de paris illégaux était intenté à un habitant de St Croix. Lors d’une perquisition dans sa maison, une somme de Rs 366 000 a été retrouvée chez lui. Le constable Kistnen était alors affecté au bureau de la Brigade des Jeux.

Lorsque l’affaire a été portée devant le tribunal à cette époque, l’huissier avait trouvé quelques paquets de pétards dans l’enveloppe scellée au lieu de la somme de Rs 366 000. Ainsi les accusations de faux par public officer et de vol ont été retenues contre le constable Jean Claude Clarel Kistnen. Ce dernier avait pour sa part catégoriquement démenti ces accusations portées contre lui.

Dans son jugement, la magistrate Darshana Gayan a déclaré que les versions de chaque témoin présentées par la poursuite étaient prises en considération. Le tribunal dit avoir également noté que lorsque cet incident de paris illégaux s’est produit en 2006, l’enveloppe scellée a été retrouvée dans la “guardroom” de l’ADSU. Ainsi, précise-t-elle, rien ne montre que le constable ait eu accès à l’enveloppe.

La magistrate a déclaré qu’il y a des doutes sur toute l’affaire. Ainsi, le bénéfice du doute a été accordé à Jean Claude Clarel Kistnen.

Article précédentLa NTLA compte délivrer de nouveaux permis de taxi : « Gouverman MSM so system sa…campagne elektoral in fini cumancer », s’insurge Asraf Ali Ramdin
Article suivantTottenham : Lloris a eu chaud