Fawzia Ramjaun

Ce n’est qu’en 2017, soit 12 ans après le meurtre, qu’elle avait été arrêtée. Cela, après que la MCIT ait rouvert l’enquête. Fawzia Ramjaun avait plaidé coupable. Ce matin, en cour intermédiaire, la magistrate Keshari Soochit a prononcé sa sentence. Ce sera 12 ans de prison.

C’est en 2005 que Fawzia Ramjaun avait empoisonné son mari Iqbal en lui donnant du cyanure mélangé à de l’eau. Une première enquête n’avait rien donné. Ce n’est qu’en 2017, après son arrestation, qu’elle est finalement passée aux aveux.

Dans sa déposition à la police, la prévenue, âgée de 54 ans aujourd’hui, a déclaré que son époux était violent et avait l’habitude d’abuser sexuellement d’elle. Elle a ajouté qu’Iqbal Ramjaun avait épousé religieusement sa voisine. Chose inacceptable pour Fawzia.

La magistrate Keshari Soochit a indiqué, en prononçant la sentence, que la défense de Fawzia Ramjaun n’était pas solide. Elle a rappelé que l’accusée n’a reconnu le meurtre que 12 ans après et qu’elle n’avait pas secours à Iqbal Ramjaun lorsqu’il hurlait de douleur après l’empoisonnement.

La magistrate a souligné que Fawzia Ramjaun avait, à plusieurs reprises, attenté à la vie de son mari. Une fois, elle avait tenté de l’empoisonner ainsi que sa seconde épouse avec un gâteau. « Cela équivaut à un attentat contre deux personnes », a-t-elle précisé.

Pour la magistrate Soochit, Fawzia Ramjaun a agi dans un accès de colère et de jalousie. D’où la peine de 12 ans de prison. Fawzia Ramjaun, qui était dans le box des accusés, s’est évanouie en entendant la sentence. Elle a dû être transportée à l’hôpital par le personnel du SAMU.

 

 

 

 

 

Article précédentInculpé provisoirement de trafic humain : Sooraj Laljee libéré sous caution ce matin
Article suivantPolitique : « Il n’a jamais été question que je quitte le Parti travailliste », insiste Osman Mahomed