Une épidémie d’Ebola a été officiellement déclarée en Ouganda après qu’une personne a été testée positive pour l’espèce soudanaise du virus, a annoncé l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cela fait suite à six “décès suspects” au cours du mois dernier. Fait inquiétant, il n’est pas certain que les vaccins Ebola existants fonctionnent contre cette espèce plus rare du virus.
C’est un jeune homme de 24 ans qui a été testé positif au virus Ebola du Soudan dans le district de Mubende, dans la région centrale de l’Ouganda. En plus de ce seul cas confirmé, huit cas suspects sont actuellement pris en charge dans un établissement de santé.
Ebola est une maladie virale qui provoque des problèmes de coagulation du sang, entraînant des saignements internes et d’autres complications. Environ la moitié des personnes qui contractent la maladie meurent, bien que les taux de létalité pour les espèces soudanaises aient varié de 41% à 100% dans différentes épidémies.
L’infection commence souvent par des symptômes tels que fièvre, fatigue, douleurs musculaires, suivis de vomissements, de diarrhée, d’une insuffisance rénale et hépatique et de saignements inexpliqués.
La maladie peut se propager par contact avec les fluides corporels d’une personne atteinte ou décédée de la maladie à virus Ebola. De plus, le virus est présent dans des réservoirs animaux trouvés en Afrique subsaharienne.
Il s’agit de six espèces connues d’Ebolavirus, dont trois (Bundibugyo, Soudan et Zaïre) ont déjà provoqué de grandes épidémies.
Bien que des vaccins efficaces contre Ebola aient été développés ces dernières années, ils ne se sont avérés efficaces que contre les espèces zaïroises les plus courantes. On ne sait pas dans quelle mesure ils se sont efficaces contre l’espèce soudanaise.
La bonne nouvelle, cependant, est que l’Ouganda a une solide expérience dans la gestion des épidémies d’Ebola. En 2019, le pays a connu une épidémie d’Ebolavirus du Zaïre. Il a même affronté une épidémie d’Ebolavirus du Soudan en 2012.
« C’est la première fois en plus d’une décennie que l’Ouganda enregistre une épidémie d’Ebolavirus. Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités sanitaires nationales pour enquêter sur la source de cette épidémie tout en soutenant les efforts visant à déployer rapidement des mesures de contrôle efficaces », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, dans un communiqué.
« L’Ouganda n’est pas étranger à un contrôle efficace d’Ebola. Grâce à son expertise, des mesures ont été prises pour détecter rapidement le virus et nous pouvons compter sur ces connaissances pour stopper la propagation des infections », a déclaré le Dr Moeti.

Article précédentAgression de trois ados à Terre Rouge : Trois hommes et une femme se constituent prisonniers
Article suivantDes centaines de milliers Russes s’enfuient de leur pays et les « deux guerres » de Poutine