Deux hommes accusés dans l’affaire des fuites de vidéos de l’Université de Chandigarh auraient fait chanter une étudiante afin qu’elle partage des vidéos d’étudiantes hébergées sur le campus, ont indiqué des enquêteurs.
Ces fuites de vidéos intimes de plusieurs étudiantes qui auraient été enregistrées à leur insu a donné lieu à des manifestations de femmes indiennes.
L’accusé Sunny Mehta et son ami Rankaj Verma auraient menacé de rendre virales les vidéos privées d’une étudiante à moins qu’elle ne filme et ne partage des vidéos d’autres étudiantes dans les toilettes communes de l’université.
La police du Pendjab a arrêté trois personnes – une étudiante, un homme de 23 ans, qui serait son petit ami, de l’Himachal Pradesh et son ami de 31 ans.
Des étudiants ont allégué que des vidéos intimes de près de 60 filles dans les toilettes ou les salles de bain avaient été divulguées.

Article précédentBulletin prévision pour Maurice de ce mardi 20 septembre 2022
Article suivantVidéo en circulation : 3 ados soupçonnés de vol malmenés en pleine rue… l’un d’eux frappé à l’aide d’une planche en bois