Par le passé, plusieurs personnalités ont eu droit à des obsèques exceptionnelles.

Retour sur ces funérailles ayant marqué l’histoire.

 

 

Mahatma Gandhi – 10 février 1948

Le 10 février 1948, près de deux millions d’Indiens accompagnent la dépouille de Mahatma Gandhi.

Le père de la Nation est mort quelques jours plus tôt, tué par balle par un nationaliste hindou.

Apôtre de la non-violence, Gandhi est incinéré sur les bords du fleuve Yamuna.

Une partie de ses cendres sera ensuite dispersée dans le Gange.

Le 25 novembre 1963, les Américains rendent un dernier hommage à John Fitzgerald Kennedy.

Le président américain est mort le 22 novembre, assassiné à Dallas.

Ce meurtre suscite une vague d’émoi dans le monde entier.

De nombreux dirigeants se rendent à Washington pour assister aux funérailles de “JFK”.

Winston Churchill – 30 janvier 1965

D’ordinaire, les obsèques nationales au Royaume-Uni sont réservées aux rois et aux reines. Mais l’importance de Winston Churchill explique l’exception qui lui est accordée.

Mort le 24 janvier 1965 à Londres, l’ancien Premier ministre britannique est inhumé une semaine plus tard, au terme de plusieurs jours d’hommages venus du monde entier.

Charles De Gaulle – 12 novembre 1970

Des dirigeants du monde entier se retrouvent le 12 novembre 1970 à la cathédrale Notre-Dame Paris, pour saluer la mémoire de Charles de Gaulle.

La dépouille du général n’est pas là, mais à Colombey-les-Deux-Eglises, là où il est mort le 9 novembre, là où il souhaitait aussi être enterré. L’ancien président français ne voulait pas d’obsèques nationales.

Le cimetière du Mont Herzl à Jérusalem est bondé ce 6 novembre 1995. Ce jour-là ont lieu les funérailles d’Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien assassiné trois jours plus tôt par un étudiant juif d’extrême droite.

Des millions d’Israéliens sont venus s’incliner devant sa dépouille.

De nombreux dirigeants internationaux sont aussi venus rendre un dernier hommage à celui qui fut Prix Nobel de la paix.

 

Des millions de fidèles, à Rome et dans le monde entier, suivent les funérailles de celui qui fut chef de l’Eglise catholique pendant 26 ans.

La disparition de Nelson Mandela en décembre 2013 suscite une émotion planétaire, mais avant tout en Afrique du Sud, pays dont il a été le premier président.

 

Héros de la lutte anti-apartheid, prix Nobel de la paix, le père de la nation arc-en-ciel est inhumé le 15 décembre dans son village natal.

 

 

Article précédentLe câlin de Cristiano Ronaldo à un jeune fan moldave fait le tour du monde
Article suivant2 millions suivront les funérailles d’Elizabeth  à Londres et 4 milliards à travers le monde