Les plaidoiries orales, concernant la pétition électorale réclamant l’invalidation de l’élection de Johnson Roussety, chef commissaire de Rodrigues, ont pris fin ce matin en cour suprême.

Me Natasha Beeharry-Panray, qui représente les pétitionnaires Jean-Richard Payendee et Jean-Noël Samoisy a insisté sur le fait que Johnson Roussety n’était pas présent à Rodrigues six mois avant l’exercice de dépôt des candidatures. De ce fait, il n’était pas apte à briguer les suffrages.

De son côté, Me Jacques Panglose, qui représente le chef commissaire, a déclaré que la présence physique n’est pas primordiale. Ce qui compte, selon lui, c’est là où la personne est installée. Il a indiqué que Johnson Roussety a sa maison, son travail et sa famille à Rodrigues, où il fait de la politique depuis l’année 2000.

Les juges Denis Mootoo et Gaitree Jugessur-Manna ont réservé leur jugement.

À noter que Jean-Richard Payendee et Jean-Noël Samoisy, les deux candidats battus de l’OPR dans la région 5, soutiennent que Johnson Roussety se trouvait en Australie durant les six mois précédant le Nomination Day. Il ne pouvait donc être candidat.

Article précédentIl conteste le rejet de sa pétition électorale : Suren Dayal autorisé par la cour suprême à faire appel au conseil privé
Article suivantEnregistrement des électeurs : Vous avez du 17 septembre au 1er octobre pour vérifier si votre nom figure sur le registre électoral