OCEAN PRIDE
OCEAN PRIDE

À l’heure qu’il est, le navire doit déjà être au port en train de débarquer sa précieuse cargaison, soit 102 000 tonnes d’huile lourde. L’Ocean Pride 1 a été victime d’une perte de pression d’air. Ce qui fait qu’il a dérivé au large de Maurice. Mais grâce aux pièces de rechange apportées par un remorqueur depuis La Réunion, le navire a pu reprendre sa route.

Selon un article publié sur le site TradeWinds, l’Ocean Pride 1 faisait de nouveau route vers Port-Louis jeudi. Le chef mécanicien du pétrolier battant pavillon Sierra Léonais avait identifié le problème comme étant une perte de pression d’air.

L’article souligne que l’Ocean Pride 1, construit en 1999 en Inde, se dirigeait vers Maurice avec 102 000 tonnes de fuel dans ses cuves. Il provenait de l’île de Curaçao, dans les Caraïbes. Selon TradeWinds, l’Ocean Pride 1 devait accoster à Port-Louis, mais la panne l’a fait dériver en direction de l’île de la Réunion.

L’article précise que les autorités mauriciennes, marquées par le naufrage en 2020 du vraquier Wakashio et la marée noire qui a suivi, avaient ordonné à l’Ocean Pride 1 de quitter leur zone économique exclusive.

Citant les autorités réunionnaises, l’article précise que la vitesse de dérive était négligeable et qu’il n’y avait aucun danger d’échouement. Néanmoins, l’Ocean Pride 1 est demeuré sous la surveillance des garde-côtes. Sans compter que le navire était en contact permanent avec les autorités.

Le navire est répertorié comme appartenant au groupe indien Lido. Il est exploité par Aurigaa Ship Management. C’est le London P&I Club qui assure le pétrolier.

Article précédentAprès sa démission du Ptr: “Il y a un feel good factor à Maurice… La façon dont les développements se font est extraordinaire”, affirme Harel Lamvohee
Article suivant55e anniversaire de la Banque centrale : un nouveau cadre légal pour la Banque de Maurice et un projet pilote d’ici la fin de l’année pour une monnaie digitale annoncés