Après Akil Bissessur mardi, hier sa compagne, Doomila Moheeputh, a également obtenu la liberté conditionnelle après 20 jours passés en détention. Selon leurs avocats, les rapports ont conclu que leurs empreintes digitales n’ont pas été trouvées sur la drogue.

Me. Akil Bissessur n’a cessé d’affirmer que la drogue a été plantée par la striking team. Des allégations très sérieuses pour l’ancien patron du NSS, Dev Jokhoo. De ce fait soutient-il, il faut effectuer des tests ADN sur les policiers qui ont effectué l’opération en question également. Cela, pour dissiper tous les doutes, avance l’ancien DCP Dev Jokhoo.

Quelle suite désormais pour cette enquête ? Dev Jokhoo se dit très surpris que ce soit le CCID qui mène l’enquête et pas l’ADSU alors que cela concerne une affaire de drogue.

Article précédentAffaire Pabari : ‘Sa gouvernement pé servi cash le lepep ine contribuer pendant des années, pé bangoler !’ s’insurge Patrick Assirvaden
Article suivantMCB Scholarship Foundation 2021:”La banque Commerciale accorde beaucoup d’importance à un secteur vital comme l’éducation”, souligne Didier Harel, le chairman de la MCB Group