Hier à sa sortir de la cour de Bambous, l’avocat de Doomila Moheeputh, Me. Vimal Rajkoomar, a révélé la teneur du rapport ADN. Il a affirmé que les empreintes digitales de sa cliente ainsi que de Me. Akil Bissessur ne se trouvent pas sur la drogue.

L’avocat affirme que désormais, la charge de la preuve se trouve désormais sur la police, qui aura la responsabilité de s’expliquer et d’éclaircir cette affaire.

Article précédentMyles Sanderson qui a poignardé à mort 10 Indiens autochtones meurt après son arrestation
Article suivantMCB Scholarship Foundation 2021: “Si la méritocratie, la transparence et la responsabilité priment dans nos institutions, les autres lauréats et moi-même serions encouragés à revenir à Maurice pour travailler”, souligne la lauréate Loubna Sadaful