Sujit Kumar Seewoo, Sylvain Addison, Lindsay Plassan et Moswadeck Bheenick ; quatre employés de la Mauritius Ports Authority qui ont péri dans un drame en mer lors du naufrage du remorqueur Sir Gaëtan. D’ailleurs, le corps du capitaine MoswadeckBheenick n’a jamais été retrouvé. Selon des rapports d’expert, ce remorqueur  n’était pas en étatpour effectuer une telle opération, ce qui a poussé plusieurs à parler d’acte criminel ou de négligence criminelle de la part de certains cadres de la Mauritius Ports Authority. Deux années se sont déjà écoulées depuis ce drame. Une Court of Investigation, mis sur pied pour faire la lumière sur cette affaire et établir les responsabilités, a complété ses travaux. Le rapport est déjà entre les mains du Conseil des ministres depuis plusieurs mois, mais il n’est toujours pas rendu public. Que cache donc ce rapport, s’interroge ainsi les proches des victimes. Les protestations, ces deux derniers jours devant le Parlement et la MPA, se sont multipliés pour accentuer la pression sur le gouvernement pour qu’il rende ce rapport public. Alain Malherbe se demande si ce rapport ne serait pas très damning, d’où la décision de ne pas le rendre public.

Le député Fabrice David affirme pour sa part que c’est inacceptable qu’un comité ministériel ait été mis sur pied pour décider de la marche à suivre suite à ce rapport alors que la Mauritius Ports Authority opère sous l’égide du bureau du Premier ministre.

Article précédentDarren l’activiste obtient la liberté conditionnelle après 13 jours en détention : Bruno Laurette remercie la police, le combat continue ajoute-t-il
Article suivantAprès sa remise en liberté conditionnelle : «Mo pas pu rentre dans calèche cassé et mo pu retire moi de la politique», indique Darren l’activiste