Sattar Hajee Abdoula, chairman de la SBM Holdings Ltd, a été pointé du doigt dans un affidavit du groupe Pabaridevant la High Court of Kenya. Il est accusé de conflit d’intérêts, ayant porté le double chapeau de Chairman de SBM Holdings Ltd et CEO de Grant Thornton Mauritius et est accusé de s’être personnellement impliqué dans une tentative de recouvrement de dettes, estimées à plusieurs milliards de roupies.

Lors de l’Assemblée générale de la SBM Holdings Ltd mercredi, Sattar Hajee Abdoula a refusé de répondre aux questions des actionnaires sur cette affaire, et aurait évoqué la confidentialité, ainsi que le secret bancaire.

Pour le professeur de droit, Rajen Narsinghen, dans ce cas précis, la confidentialité ou le secret bancaire ne tient pas. Il explique que la compagnie a l’obligation de répondre aux actionnaires, même quand il s’agit des petits actionnaires.

Rajen Narsinghen avance que si ces allégations sont avérées, il s’agirait d’un gros scandale. Il avance que le gouvernement doit agir et révoquer le chairman de la SBM Holdings Ltd.

Article précédentInvestissement Rs 1 milliard de la MIC dans l’eau à Rodrigues : ” C’est une mauvaise décision” insiste Alain Tolbize
Article suivantConvoqué à la MCIT ce vendredi pour une manif en mai 2021: Me Rama Valayden a demandé un renvoi pour samedi