La Chine va générer des pluies artificielles pour protéger les céréales de la sécheresse
L’été le plus chaud et le plus sec depuis que le gouvernement chinois a commencé à enregistrer les précipitations et la température il y a 61 ans a flétri les cultures et laissé les réservoirs à la moitié de leur niveau d’eau normal. Or, les 10 prochains jours sont une «période clé de résistance aux dommages» pour la récolte de riz du sud de la Chine. Ainsi, le pays tente en ce moment de protéger sa récolte de céréales d’une sécheresse record en utilisant des produits chimiques pour générer de la pluie, tandis que les usines du sud-ouest ont attendu dimanche pour voir si elles seraient fermées pendant une autre semaine en raison de pénuries d’eau pour produire de l’hydroélectricité.
Les usines de la province du Sichuan ont été fermées la semaine dernière pour économiser de l’énergie pour les maisons alors que la demande de climatisation augmentait, avec des températures atteignant 45 degrés Celsius (113 degrés Fahrenheit).
Les autorités “tenteront d’augmenter la pluie” en ensemençant les nuages avec des produits chimiques et en pulvérisant sur les cultures un “agent de rétention d’eau” pour limiter l’évaporation, a indiqué le ministère de chinois de l’Agriculture sur son site Internet. Il n’a donné aucun détail sur l’endroit où cela se ferait.
La perturbation ajoute aux défis pour le Parti communiste au pouvoir, qui tente de consolider la croissance économique en berne avant une réunion en octobre ou novembre lorsque le président Xi Jinping devrait tenter de s’octroyer un troisième mandat de cinq ans.
Une mauvaise récolte de céréales chinoises aurait un impact mondial potentiel. Cela stimulerait la demande d’importations, ajoutant à la pression à la hausse sur l’inflation aux États-Unis et en Europe, qui atteint des sommets depuis plusieurs décennies.

Article précédentManifestation des fans de Man United contre les propriétaires américains
Article suivantLes trois dernières prévisions touristiques du gouvernement pas atteintes : « Il est essentiel d’investir intelligemment dans le marketing et de concrétiser enfin le projet de rebranding, » indique Sen Ramsamy, directeur général de Tourism Business Intelligence.