Elle était prévue ce mardi à 14 heures au bureau du leader de l’opposition. Mais la rencontre a été repoussée d’un jour. La raison derrière ce renvoi à mercredi n’est pas connue pour l’heure. Les discussions entre Navin Ramgoolam, Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger et Arvin Boolell devaient porter sur la finalisation d’un accord conclu pour affronter ensemble les municipales mais aussi sur la marche qui sera organisée le 3 septembre prochain.

Ils devaient aussi faire le point concernant la position de Nando Bodha. Jusqu’ici, dans deux communiqués émis, le comité national du Rassemblement Mauricien a indiqué que Nando Bodha a été mis devant le fait accompli et qu’il a exprimé des réserves et appréhensions au sujet de l’accord conclu. Jusqu’ici, il n’y a pas eu de confirmation de la part de Nando Bodha s’il allait rejoindre la plateforme ou pas.

Mais samedi en conférence de presse, Xavier-Luc Duval a annoncé qu’il a parlé à Nando Bodha et que ce dernier allait demeurer au sein de la plateforme l’Espoir et poursuivre le travail amorcé.

Rappelons que le mardi 9 août, à l’issue de la deuxième rencontre au sommet entre les leaders des principaux partis de l’opposition, Arvin Boolell avait annoncé qu’un accord a été conclu pour que le PTr, le PMSD, le MMM et le Rassemblement National aillent ensemble aux prochaines municipales. Mais par la suite, la formation de Nando Bodha avait clairement fait comprendre que son adhésion à cette plateforme n’était pas acquise… du moins pour l’heure.

Entretemps, Nando Bodha a rencontré Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval à deux reprises en l’espace de 3 jours. Plusieurs appels lui ont été lancés en public, lui demandant de ne pas se laisser « cadenasser ».

Rappelons que depuis les négociations entre le PTr, le MMM et le PMSD, Roshi Bhadain ne fait plus partie de l’entente l’Espoir.

Article précédentRelations Maurice-Iran : Un protocole d’accord sur les échanges commerciaux signé
Article suivantSituation précaire des enfants : « Chaque jour ils déambulent dans les rues pour quémander de l’argent et de la nourriture, » affirme le travailleur social Umair Milatre.