Bassam al-Sheikh Hussein est désormais salué en héros au Liban après avoir retenu une banque en otage pour pouvoir retirer son argent pour soigner son père. En raison d’une crise économique, les banques libanaises ne permettent pas de gros retraits.
Muni d’une arme à feu, il a retenu en otage une banque libanaise pendant plus de six heures jeudi – tirant des coups de semonce et menaçant de s’immoler par le feu – puis a émergé de la banque pour être salué en héros. Les banques libanaises ont imposé des règles strictes sur les retraits en 2019 au milieu d’une crise économique dévastatrice qui n’a fait que s’aggraver depuis lors. De nombreuses banques limitent désormais les retraits mensuels à 200 $, rapporte le Guardian. Bassam al-Sheikh Hussein, qui, selon les autorités, a fait irruption dans une succursale de la Banque fédérale dans la capitale Beyrouth, avait exigé ses propres fonds pour payer les soins hospitaliers des membres de sa famille, rapporte la BBC. Un frère du chauffeur-livreur de 42 ans a déclaré aux journalistes qu’il “a 210 000 dollars en banque et veut obtenir seulement 5 500 dollars pour payer les factures d’hôpital”.
“Mon frère n’est pas un scélérat, c’est un homme honnête”, a déclaré Atef al-Sheikh Hussein à l’AP. “Il prend ce qu’il a de sa propre poche pour le donner aux autres.” D’autres proches rassemblés devant la banque dans le quartier animé de Hamra ont déclaré que chacun devrait se battre pour avoir accès à ce qui lui appartient de droit. Le public était certainement du côté de Hussein. “A bas le règne des banques”, a crié une foule sur les lieux. “Tout le Liban veut faire cela”, a déclaré un spectateur au Guardian. Un accord a finalement été conclu pour permettre à l’homme de retirer 35 000 $, selon la BBC. Il a ensuite libéré les otages indemnes, dont au moins six employés de banque, et s’est rendu, selon Al Jazeera. “Vous êtes un héros”, a scandé la foule.
Cela fait suite à un incident similaire en janvier, lorsqu’un homme a pris en otage une banque dans la vallée de la Bekaa, dans l’est du Liban, jusqu’à ce qu’il puisse retirer 50 000 dollars de ses propres fonds. “Des incidents similaires continuent de se produire”, déclare à l’AFP George al-Hajj, le chef du syndicat des employés de banque libanais. “Les déposants veulent leur argent, et malheureusement leur colère explose face aux employés de banque.” L’ancien ministre libanais de l’Economie, Raed Khoury, a déclaré que Hussein avait “le droit de prendre son argent” mais “sa colère et sa frustration devraient être dirigées contre le gouvernement, et non contre les banques et les employés de banque”, qui sont victimes de la corruption du gouvernement, selon Al Jazeera. Hussein a été arrêté après avoir quitté la banque, mais on ne sait pas s’il fera face à des accusations.

Article précédentLes grands titres de Top FM de ce samedi 13 aout 2022
Article suivantAffaire Platinum Card : un rapport d’un graphologue réunionnais conclut que c’est l’écriture de Ken Arian qui figure sur la lettre anonyme contre Ameenah Gurib-Fakim !