Taslima Nasreen, qui a été forcée de quitter le Bangladesh en 1994 à cause de son roman “Lajja”, et qui est une fervente critique de l’islam et fait face à de multiples menaces de mort de la part d’islamistes radicaux, a fait une nouvelle sortie contre l’islam extrémiste de la Suède où elle vit en exil.
En effet après l’attaque sur Salman Rushdie, l’auteure bangladaise a déclaré que les détracteurs de l’islam continueront d’être tués jusqu’à ce que la religion soit réformée. « Les critiques de l’islam ont été tués pour la première fois au 7e siècle. Ils se font encore tuer au 21e siècle. Ils continueront d’être tués jusqu’à ce que l’islam soit réformé, que la liberté d’expression soit autorisée, que la violence soit dénoncée, que le terreau de l’extrémisme soit démoli, qu’aucun livre ne soit considéré comme sacré”, a tweeté l’auteur bangladais en exil.
Salman Rushdie, dont le roman “Les versets sataniques” a suscité des menaces de mort de la part du dirigeant iranien dans les années 1980, a été poignardé au cou et à l’abdomen vendredi par Hadi Matar, qui s’est précipité sur scène alors que l’auteur s’apprêtait à donner une conférence dans l’ouest de New York hier.
Dans un autre tweet, elle a affirmé que le compte Facebook de Hadi Matar, l’homme qui a poignardé le lauréat du prix Booker, présentait des images de l’ayatollah Khomeiny d’Iran.
” Hadi Matar, irano-américain de 24 ans, a attaqué Rushdie. Le compte Facebook de Hadi Matar présentait des images de l’ayatollah Khomeini, qui a émis une fatwa contre Rusdhie en 1989, et de son successeur, l’ayatollah Khamenei. Vous pouvez maintenant deviner le mobile de l’attaque”, a tweeté la fougueuse auteure.
Sources : India.com News et Hindustan Times

Article précédentL’agresseur de Salman Rushdie est un fondamentaliste chiite iranien
Article suivantDonald Trump s’était approprié des documents secrets sur le “président de la France” et le nucléaire