De plus en plus de questions se posent sur le développement effectué à Agalega, notamment des investissements de l’Inde à hauteur de Rs 13 milliards pour la construction d’une piste d’atterrissage et une jetée. Les Agaléens redoutent même qu’ils auront le même sort que les Chagossiens. Malgré une pression intense, PravindJugnauth refuse toujours de rendre public l’accord Inde-Maurice, brandissant une clause de confidentialité.

Et cet après-midi, plusieurs associations socioculturelles hindoues ont tenu une conférence de presse pour défendre la présence indienne à Agalega. Il soutient que le gouvernement indien a fait des propositions pour construire selon lui, un ‘port’ et un hôpital sur place. ‘Ki pa bon ladan’, lance-t-il.

Article précédentIl poignarde 9 enfants d’une école maternelle : 3 morts
Article suivantAprès Hindustan Times: le média en ligne indien, The Narrative, évoque de nouvelles preuves qui auraient fait surface sur les liens entre Sherry Singh et Huawei