Un père de deux enfants, marchand de rues, a été attaqué et tué en plein jour par un «client masculin» sans que personne n’intervienne pour l’aider.
La police italienne a arrêté un homme de 32 ans après le meurtre du vendeur nigérian
Alika Ogorchukwu, 39 ans, battue à mort par l’Italien Filippo Ferlazzo, 32 ans.
Ferlazzo a été arrêté pour le meurtre et le vol du portable de la victime.
Des images vidéo choquantes de l’attaque ont largement circulé sur les réseaux sociaux
Un spectateur qui a filmé le moment horrible où un père de deux enfants a été attaqué par un “client masculin” a suscité l’indignation après que personne n’est intervenu pour l’aider à le sauver.
La police italienne a arrêté un homme de 32 ans à la suite du meurtre d’un vendeur de rue nigérian dont le meurtre brutal a été filmé par des passants qui n’ont fait aucune tentative pour intervenir physiquement.
Alika Ogorchukwu, 39 ans, a été battu à mort par un Italien, identifié comme Filippo Claudio Giuseppe Ferlazzo, dans le centre-ville animé de Civitanova Marche, une ville balnéaire sur la mer Adriatique.
La police a utilisé des caméras de rue pour suivre les mouvements de Ferlazzo et l’a arrêté hier, samedi, pour meurtre et aurait volé le téléphone portable de la victime, selon l’agence locale ANSA.
Les médias locaux ont rapporté que Ferlazzo est actuellement détenu à la prison de Montacuto à Ancône. On prétend qu’il ne sera pas accusé de racisme.
“La situation est assez claire, tout semble avoir émergé d’une dispute pour des raisons frivoles, pas de racisme”, a déclaré Matteo Luconi, l’un des enquêteurs.
Des images vidéo choquantes de l’attaque ont largement circulé sur les réseaux sociaux, suscitant l’indignation alors que l’Italie entre dans une campagne électorale parlementaire dans laquelle la coalition de droite a déjà fait de l’immigration un problème.
Alika vendait des marchandises lorsque son agresseur s’est emparé de sa béquille et l’a assommé d’une série de coups, selon la police.
Les images montrent Ferlazzo luttant contre la victime sur le dos sur le trottoir alors qu’il ripostait et grimpait sur Alika pour tenter de le clouer au sol.
L’épouse d’Alika, Charity Oriachi, a déclaré: “Maintenant, je veux juste que justice soit rendue à mon mari”, lors d’une manifestation sur les lieux du meurtre samedi.

Article précédentUn médecin agresse sexuellement une femme lors d’une césarienne
Article suivantNouvelle vague de chaleur sur la France depuis hier