La contestation légale de l’obligation de décliner son appartenance ethnique pour être candidat à des législatives, menée par Rezistans ek Alternativ dure depuis 17 ans. Ce matin, l’affaire constitutionnelle a été de nouveau appelée devant le bench de 5 juges. Me Rex Stephen, l’avocat du Mouvement de gauche, a répliqué aux arguments de l’État surtout.

À sa sortie de la cour suprême, Ashok Subron, l’un des porte-paroles de Rezistans ek Alternativ, a soutenu que l’île Maurice tout entière serait heureuse si la justice se prononce une fois pour toutes sur cette affaire.

Pour lui, un verdict de la cour suprême permettrait aux membres de Rezistans ek Alternativ de déterminer ce qu’ils vont faire aux prochaines élections.

Ashok Subron souligne qu’il n’est pas acceptable qu’après 54 ans d’indépendance, la candidature d’un citoyen soit rejetée parce qu’il ne veut pas déclarer son appartenance ethnique.

Article précédentÀ l’aéroport SSR : de l’huile de cannabis saisie par la brigade antistupéfiants de la douane
Article suivantAu Ghana : des premiers cas du virulent virus de Marburg détectés