Le «drug test» sur nos routes est devenu bel et bien une réalité. Le sergent Coowar de la Traffic Branch indique que ce test peut être pratiqué non seulement sur les conducteurs de voitures, d’autobus, de camions… mais aussi sur les cyclistes, les motocyclistes et les moniteurs d’auto-écoles entre autres. Le weekend dernier, ajoute-il, les policiers étaient à pied d’œuvre et deux automobilistes ont été testés positifs de conduite sous l’influence de la drogue. D’ailleurs, a fait ressortir le sergent Coowar, la Traffic Branch compte intensifier les contrôles routiers.

Mais comment se déroule le « drug test » ?

Si le « Drug test » est positif l’automobiliste sera passible d’une amende de pas moins de Rs 20 000

Soulignons que l’équipement de la police et du FSL qui teste la salive, l’urine et le sang peut détecter des drogues telles que les amphétamines, la benzoylecgonine, la cocaïne, le cannabis, la méthylamphétamine et l’héroïne, entre autres. Il permet également de détecter des médicaments tels que le clonazépam, le diazépam, le flunitrazépam, le lorazépam, la méthadone, la morphine …

Article précédentDénonciations de Sherry Singh : Pravind Jugnauth appelé à se retirer comme Premier ministre le temps qu’une enquête soit faite
Article suivantPrivate Notice Question : « Ni moi ni aucun officier de mon bureau n’ont eu des discussions pour l’installation et l’utilisation d’équipements permettant le sniffing ou l’interception des données informatiques », affirme Pravind Jugnauth