La journée mondiale de la lutte contre le trafic de drogue a été observée hier. L’occasion une nouvelle fois pour les travailleurs sociaux de dire non à la répression uniquement. Ils se disent en faveur de la réhabilitation.

Ainsi, Satyam Issur du Collectif Urgence Toxida, affirme qu’il est grand temps d’arrêter de traiter les consommateurs de drogue comme des criminels. Il plaide pour l’ouverture de beaucoup plus de centres de réhabilitation.

Pour Marie, une habitante de Curepipe, les consommateurs de drogue doivent être traités comme des patients qui souffrent d’une maladie.

Article précédent“La cartographie des zones inondables doit être publique pour que les propriétaires des terres concernés soient avertis des risques qu’ils encourent ” recommande Roshi Bhadain
Article suivantCocaïne : ‘une drogue qui a un marché de plus en plus gros à Maurice et qui n’est pas à la portée de tous’, lance Selven Govinden de CLAIM