Le président de la Federation of Civil Services and other Unions a adressé une lettre au Premier ministre. Il lui demande de faire marche arrière concernant les amendements mentionnés dans le Budget 2022-23 ayant trait aux négociations et rapports collectifs entre syndicats et employeurs.

À Top FM, Narendranath Gopee soutient qu’à travers ces amendements, le gouvernement va interférer avec l’indépendance de l’exercice de négociation collective et de rapport collectif.  Il précise d’ailleurs que les négociations et rapports collectifs, dans lesquels c’est le syndicat qui représente les employés, sont régis par l’Employment Relations Act.

Ainsi, ces amendements ne peuvent pas tomber sous la Statutory Bodies (Accounts and Audit) Act alors que celle-ci n’a rien avoir avec les principes de négociations et rapports collectifs, déplore Narendranath Gopee.

Il explique par ailleurs qu’avec ces amendements, les négociations collectives pourraient être fixées à 5 ans alors qu’actuellement c’est à 3 ans. De plus, lance-t-il, des conditions qui ont été déjà approuvées par les syndicats et les employeurs pourraient désormais être stoppées par le ministre des Finances.   De ce fait, il demande au Premier ministre de ne pas aller de l’avant avec ces amendements.

Article précédentDans une école spécialisée à Beau Bassin : Plusieurs élèves en situation de handicap victimes d’attouchements sexuels
Article suivantPlainte de Aslam Noursing contre Vishal Shibchurn le 19 juin dernier : cette déclaration est fausse, selon l’habitant de St Hubert