Membre de Linion Pep Morisien, Bruneau Laurette est catégorique. Il avance que si les conventions relatives aux droits de l’homme ne sont pas respectées et que les institutions locales tardent à prendre les actions concrètes, ce sont  les instances internationales qui doivent agir.

Les propos du ministre Steven Obeegadoo, lors des débats budgétaires à son encontre, sont selon lui loin d’être réalistes.

S’interrogeant sur le rôle de l’Independent Police Complaints Commission, Bruneau Laurette dit être sceptique concernant le déroulement de l’enquête sur la torture policière.

Article précédentTorture policière: L’affaire concernant la torture policière va être référée au bureau de l’ONU à Genève” déclare Bruneau Laurette.
Article suivantPension aux veuves musulmanes : ‘il faut enregistrer les mariages religieux qui ne l’étaient pas jusqu’ici au Muslim Family Council’, réclame le qari Mansoor