Avec plus de 2000 cas de variole du singe dans le monde, l’OMS a pointé du doigt les groupes les plus vulnérables les plus sensibles à l’infection.
Des cas de monkeypox ont été signalés dans 42 pays alors que nous entrons dans le deuxième mois de l’épidémie. Alors que l’infection se propage rapidement à travers les pays, les autorités sondent en permanence tous les cas possibles pour identifier les personnes à risque. Les responsables de la santé se concentrent sur le risque possible pour les groupes plus sensibles aux maladies infectieuses, comme les jeunes enfants et les femmes enceintes.
Bien que les effets du virus de la variole du singe sur les femmes enceintes ne soient pas entièrement compris, l’OMS a publié une déclaration indiquant que “des données limitées suggèrent que l’infection peut entraîner des effets indésirables pour le fœtus ou le nouveau-né et pour la mère”.
De nombreux autres groupes vulnérables à risque d’infection par le monkeypox
Selon l’Organisation mondiale de la santé, le risque actuel pour le grand public est faible. Il existe un danger pour les agents de santé s’ils entrent en contact avec un cas sans porter l’équipement de protection individuelle (EPI) approprié pour empêcher la transmission ; bien que le risque de maladies liées aux soins n’ait pas été observé dans cette épidémie, il a été documenté dans le passé.
Selon la dernière mise à jour de l’OMS, 42 pays ont signalé 2 103 infections dans des endroits où la variole du singe n’est normalement pas signalée, 85 % des cas se produisant en Europe. Selon les dernières données, un décès a été signalé en raison de la variole du singe. L’OMS conseille à tous les pays d’être en alerte si quelqu’un présente des symptômes de monkeypox. Certains patients peuvent même avoir des infections sexuellement transmissibles, qui doivent être contrôlées et traitées au besoin.
Monkeypox est un virus qui se propage des animaux sauvages tels que les rats et les primates aux humains en de rares occasions. Il est apparenté à la variole et appartient à la même famille de virus. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les personnes atteintes de monkeypox peuvent être contagieuses jusqu’à quatre semaines et doivent être isolées jusqu’à ce qu’elles soient complètement rétablies.

Article précédentUn vol SpiceJet à destination de Delhi avec 185 personnes à bord prend feu en vol
Article suivantFrance : Macron perd sa majorité absolue, poussée historique pour Marine Le Pen