PHOTO D'ILLUSTRATION

Les conspirationnistes blâment les primates originaires de Maurice. Ces derniers, quelques heures après leur arrivée aux États-Unis, avaient été impliqués dans un accident de la route. Une femme, témoin de l’accident, a porté secours aux singes. Les théoriciens du complot soutiennent qu’elle est décédée des suites de son exposition aux primates infectieux.

Mais la réalité est tout autre… comme l’explique Michael Jean Louis… Les commentaires sont signés Namrata Deelchand

Pour ces conspirationnistes, Michele Fallon, celle qui a porté secours aux singes, pourrait être à l’origine de la vague de cas de la variole du singe aux États-Unis. Ils soutiennent qu’elle est décédée en février, soit deux mois avant l’apparition des premiers cas de la variole du singe.

Or, Michèle Fallon est bel et bien vivante. « Je ne sais pas quoi dire aux gens qui disent que je suis morte », a-t-elle déclaré à divers médias. Rappelons que le 21 janvier dernier, à Danville, en Pennsylvanie, un camion à benne a percuté un camion transportant une centaine de singes de recherche en laboratoire.

Michele Fallon, qui était sur la route, s’est arrêtée pour aider. Elle a donc eu un contact étroit avec quelques-uns des primates mauriciens. Quelques jours plus tard, elle a eu une conjonctivite et des symptômes mineurs de rhume. Mais elle n’est pas morte.

Sur Reddit et Telegram, les théoriciens du complot avancent que l’accident fait partie d’un complot ayant conduit à l’épidémie actuelle ou alors qu’il a déclenché une nouvelle maladie mystérieuse que les autorités font passer pour la variole du singe. Ils soutiennent mordicus que Michele Fallon est une martyre et que les responsables médicaux et les médias ont dissimulé sa mort dans le cadre d’un vaste et vague projet sinistre.

Ils sont allés jusqu’à faire un lien entre l’endroit où l’accident s’est produit en janvier et le lieu du tournage du film 12 Monkeys. Par coïncidence, certaines parties de ce film de 1995 ont été tournées à Philadelphie, à plus de 160 km au sud-est du lieu de l’accident.

Rappelons que les singes qui venaient de Maurice étaient en route pour une installation de quarantaine avant d’être expédiés dans des laboratoires. Les experts médicaux ont rappelé que notre île n’est pas un haut lieu de la variole du singe. D’ailleurs, même si la maladie a été diagnostiquée chez le singe en premier, ce sont surtout les rongeurs qui la propagent.

Mais stopper une théorie du complot, c’est presque tenter d’éteindre un incendie de prairie avec un arrosoir.

 

Article précédentBrutalité policière : Me Poonum Sookun-Teeluckdharry demande au Premier ministre de s’assurer à ce que ses institutions fonctionnent correctement.
Article suivantAffaire Kistnen : Senna Budlorun convoqué au CCID ce mardi