Diego Garcia

Londres veut éviter que l’affaire continue de prendre de l’ampleur, mais aussi et surtout une action en justice. D’autant que les cas des Sri Lankais bloqués à Diego Garcia après avoir été sauvés d’un bateau en perdition intéressent les organisations militant pour les droits humains. Par ailleurs, la Grande-Bretagne est accusée de les détenir exprès sur l’île de Diego Garcia, qui abrite la base militaire américaine, pour éviter qu’ils ne puissent demander l’asile.

Ils sont 120 Tamouls sri-lankais, dont 10 familles et 28 enfants, à être bloqués dans un camp à Diego Garcia depuis qu’ils ont été sauvés de leur bateau qui coulait. Ils étaient à la recherche d’une vie meilleure, après des années passées dans des camps de réfugiés en Inde où, selon la chaîne Channel 4, ceux qui ont fui la guerre civile au Sri Lanka affirment que les droits fondamentaux sont bafoués.

Dans une déclaration à la chaîne de télé, le Foreign Commonwealth and Development Office a soutenu qu’il « travaille sans relâche afin de trouver une solution à long terme ». Mais pas sûr cependant que les Tamouls srilankais soient emmenés en Grande-Bretagne !

 

Article précédentVariole du singe : Aux États-Unis les théoriciens du complot lient la vague de cas à l’accident impliquant des singes venus de Maurice
Article suivantMétéo : Temps assez nuageux ce matin prévoit la station météo de Vacoas