Screenshot from www.icij.org
Screenshot from www.icij.org

Selon la Kenya Revenue Authority, Afrigo Development Co. Ltd, société immobilière liée à un géant chinois de la construction, a dissimulé plus de 200 millions de dollars à l’aide de faux prêts et d’importations fictives auprès d’entreprises mauriciennes. Cela, avec l’aide de banquiers et autres facilitateurs, souligne le Consortium des journalistes d’investigation dans un article publié sur son site.

Maurice est d’ailleurs décrit, dans l’article, comme l’un des paradis fiscaux les plus notoires d’Afrique. Le journaliste Will Fitzgibbon revient sur un audit de la Kenya Revenue Authority, daté de 2021, dans lequel la compagnie Afrigo Developement est épinglée.

Selon l’audit, l’argent émane du Kenya puis est acheminé par une série d’entités et de transactions fantômes. Selon la Kenya Revenue Authority, Afrigo a effectué des paiements via Maurice « dans l’espoir que l’argent soit blanchi ». C’est la raison pour laquelle Afrigo s’est vue infliger plus de 24 millions de dollars d’impôts et de pénalités.

Selon l’article de Will Fitzgibbon, l’audit et plusieurs autres documents montrent comment Maurice « a passé des années à attirer des sociétés ayant des activités en Afrique qui veulent payer moins d’impôts à certains des pays les plus pauvres au monde ». Il cite Alvin Mosioma, directeur exécutif de Tax Justice Network Africa, qui affirme que cette affaire « illustre clairement que l’île Maurice s’est érigée en plaque tournante pour les flux d’argent illicite en provenance des pays africains ».

À mai 2022, Afrigo n’avait pas payé les taxes et les pénalités imposées. Dans son audit, Kenya Revenue Authority a identifié quatre sociétés suspectes à Maurice. Elles n’auraient ni employés apparents ni adresse de bureau permanent. L’une a déjà fermé ses portes, selon l’enquête du journaliste. Les quatre sociétés ont pour directeur un habitant de Pékin, qui serait le haut cadre d’un grand projet ferroviaire au Kenya, construit par China Communications Constructions Company.

Kenya Revenue Authority a découvert que cette compagnie, l’une des plus grandes entreprises de construction au monde, qui appartient au gouvernement chinois, aurait versé plus de 205 millions de dollars à Afrigo Development Co Ltd. et à d’autres sociétés mauriciennes liées. Pour le journaliste, ces paiements ont été effectués « dans le cadre de ces transactions fictives ou détournées » et ces « importations fictives ». D’autant que des sociétés-écrans, liées à Afrigo, auraient reçu 8 millions de dollars alors qu’elles n’ont aucune « présence physique autre qu’une adresse postale » à Maurice. La Standard Chartered Bank à Maurice et le directeur général d’une société mauricienne spécialisée dans les activités offshore sont aussi cités dans l’article.

Source : International Consortium of Investigative Journalists

Reported by : Michael Jean Louis
Posted by : Sanju Baboolall

Article précédentPension de veuve aux femmes dont le nikkah n’a pas été enregistré : l’imam Ziad Peerbux affirme que certains imams et maulanas ne sont pas enregistrés auprès du Muslim Family Council
Article suivantBulletin prévision pour Maurice de ce samedi 11 juin 2022