IMPOTS
PHOTO D'ILLUSTRATION

Mais la mesure-phare reste l’allocation mensuelle directe de Rs 1 000 roupies à ceux dérivant des revenus bruts jusqu’à Rs 50 000. Cette aide, sous la Contribution sociale généralisée, touchera un total de 350 000 employés et travailleurs indépendants enregistrés.

Le ministre des Finances a annoncé d’autres mesures destinées, selon lui, à soulager la classe moyenne. Par exemple, l’exonération fiscale maximale pour un enfant poursuivant des études supérieures passe de 225 000 Rs à 500 000. Il en est de même de la déduction maximale pour les primes d’assurance médicale qui passe de Rs 20 000 à Rs 25 000 pour un particulier et sa première personne à charge et de Rs15 000 à Rs20 000 pour chaque autre personne à charge.

L’exonération des dons faits à un organisme religieux agréé ou une ONG caritative augmente également, passant de Rs30 000 à Rs 50 000 tout comme l’exemption relative à un régime de retraite individuel, qui passe de Rs30 000 à 50 000.

Mais comme chaque année, le régime d’imposition sur le revenu est ajusté. Ainsi, le ministre des Finances a annoncé que pour les personnes percevant Rs 25 000 à Rs 53 846 par mois, soit Rs700 000 par an, le taux d’imposition sera de 10%. Pour ceux gagnant entre Rs53 846 et Rs75 000 par mois, soit Rs975 000 par an, le taux d’imposition passe de 15 % à 12,5 %.

Renganaden Padayachy a aussi annoncé une augmentation de 10%, jusqu’à un maximum de Rs 2 000, de l’allocation pour l’essence et les déplacements. De plus, l’exemption des indemnités de déplacement déductibles de l’impôt sur le revenu passera de Rs11 500 à Rs20 000.

Article précédentBudget 2022-2023: ‘electricité ek l’essence pou monter biento, sa Rs 1000 la pou fone, inn embetdimun’, réagit le Dr Navin Ramgoolam
Article suivantLaw and Order : Le GM accorde un budget Rs 10,9 milliards à la police