photo d'illustration de méduses
photo d'illustration de méduses

Les baigneurs ont intérêt à être vigilants. La présence des méduses est constatée par le garde-côte depuis hier, particulièrement  dans les lagons de Trou-Aux-Biches, Mont-Choisy et Belle-Mare.

La police invite le public à la prudence. En cas de piqûre de méduse, la croix rouge conseille de rincer avec du vinaigre ou de l’eau de mer avant d’appliquer un antiseptique. Il est également conseillé de consulter un médecin.

Rappelons que l’une des raisons de la présence de plus en plus régulière de ces invertébrés dans nos eaux , c’est dû à la chaleur de l’eau de mer.

Le public est invité à la prudence car elles ont la particularité d’être presque invisibles à l’œil nu. Une piqûre de méduse peut entraîner de vives douleurs et des sensations de brûlures. Dans certains cas, elle peut même avoir des conséquences plus graves.

La police informe le public de la présence de méduses est constatée dans nos eaux, particulièrement à Trou-aux-Biches.

Le réchauffement climatique agit directement sur l’augmentation du nombre de méduses en mer.

La police informe le public que la baignade est interdite dans les régions de Trou-aux-Biches et Mon-Choisy en raison de la présence de méduses. Cela, jusqu’à nouvel ordre.

Une des raisons pouvant expliquer leur présence de plus en plus régulière dans certaines régions du Nord : la chaleur de l’eau de mer.

La Croix Rouge explique ce qu’il faut faire en cas de piqûre. « Tout autour de son corps, la méduse porte des filaments contenant une substance qui, en contact avec la peau, provoque des lésions urticantes douloureuses. Ces lésions sont rarement graves sauf chez les personnes allergiques », indique-t-elle. Il est cependant conseillé de consulter un médecin.

 

Il est toutefois fortement déconseillé de se gratter à l’endroit concerné. « Il faut rincer la plaie avec du vinaigre ou, à défaut, avec de l’eau de mer pendant au moins 30 secondes, sans frotter, puis recouvrir de sable, laisser sécher et l’enlever avec un papier rigide ou un carton pour extraire les cellules urticantes. Il faut rincer de nouveau avant d’appliquer un antiseptique ».

Article précédentA Union Vale : 10e anniversaire de la SEN School et du 6e anniversaire du Govindramen Ashram
Article suivantHOROSCOPE : Daily Predictions 06 juin 2022