Les acheteurs internationaux et nationaux rejettent les envois de thé indien après que des pesticides et des produits chimiques y ont été trouvés au-delà de la limite autorisée.
Cela arrive à un moment où le Tea Board envisage d’augmenter les exportations à 300 millions de kg de thé cette année face aux déboires des exportateurs sri-lankais.
Les acheteurs internationaux et nationaux ont en effet rejeté une série d’envois de thé en raison de la présence de pesticides et de produits chimiques au-delà des limites autorisées, a déclaré vendredi le président de l’Association indienne des exportateurs de thé (ITEA), Anshuman Kanoria.
Pour combler le vide créé par la crise du Sri Lanka sur le marché mondial, Tea Board envisage d’augmenter ses exportations. Cependant, le rejet des envois entraîne une baisse des expéditions sortantes.
Tous les thés vendus dans le pays doivent être conformes aux normes de la Food Safety and Standards Authority of India (FSSAI). Cependant, la plupart des acheteurs achètent du thé qui a une teneur chimique inhabituellement élevée, a déclaré Kanoria à PTI.
En 2021, l’Inde a exporté 195,90 millions de kg de thé. Les principaux acheteurs étaient les pays de la Communauté des États indépendants (CEI) et l’Iran. Le conseil vise à atteindre 300 millions de kg de thé cette année.
Kanoria a déclaré que de nombreux pays appliquent des réglementations d’entrée strictes pour le thé. La plupart des pays suivent des variations des normes de l’UE, qui sont plus strictes que les règles FSSAI.
“Au lieu de se conformer à la loi, beaucoup exhortent le gouvernement à rendre les normes FSSAI plus libérales”, a-t-il déclaré, ajoutant que cela enverrait un mauvais signal car la boisson est considérée comme une boisson santé.
Un haut responsable du Tea Board a déclaré à PTI que des plaintes avaient été reçues d’emballeurs et d’exportateurs de thé à ce sujet.
“Il est réitéré que les producteurs doivent respecter strictement les normes existantes de la FSSAI. La question de la modification des normes a été soulevée par les organisations de producteurs auprès de la FSSAI. Il est évident que les exportations doivent respecter les normes existantes des pays importateurs”, il a dit.

Article précédentLes grand titres de Top Fm de ce samedi 04 juin 2022
Article suivantÉbène : d’importants travaux près du rond-point du parc récréatif