La décision a été rendue mercredi par le Deputy Master and Registrar Mehdi Manrakhan. Il a rejeté la demande de la famille Chady qui contestait la vente à la barre de leur propriété par la Development Bank of Mauritius.

Selon les documents du dossier, Siddick Chady et son défunt père avaient contracté deux prêts pour le compte de la firme Medical Centre ABC Ltd. L’un, pris en septembre 1995, s’élevait à Rs 4,5 millions et l’autre, contracté en mai 1996, était de Rs 1 million.

Toujours selon les documents, la DBM soutient que les Chady doivent Rs 20, 8 millions sur le premier emprunt et Rs 1,8 million sur le deuxième. Ces sommes comprennent le capital, les intérêts et les frais dus au 13 août 2015.

La famille Chady demandait l’annulation de la vente à la barre de cette propriété, qui avait été mise en gage.

Mais la Banque de Développement a argué que l’action des Chady était de mauvaise foi et équivalait à un abus de procédure.

Dans sa décision, le Deputy Master and Registrar explique que la famille Chady aurait dû saisir la juridiction appropriée et faire une demande d’injonction pour contester la vente à la barre. Sans cette action, il a conclu que la vente devait avoir lieu. Le 16 juin a été choisi.

dbm-v-chady
Article précédentMonetary Policy Committee : le Repo Rate passe à 2,25%
Article suivantVariole du singe : deux frères habitants le nord de l’ile, sont suspectés d’en être atteints